Le bonheur et les attentes

Je ne connais personne qui ne soit pas en quête du bonheur, chacun à sa façon tente d’y avoir accès, comme si c’était une rareté. Certains baignent dedans depuis leur naissance, moi, j’appelle ça : « Avoir le bonheur  facile»,  et d’autre doivent travailler vraiment fort pour y accéder.

Pour commencer, j’ai envie de vous dire que le bonheur vient de nous, de notre vision des choses, personne n’est responsable de votre bonheur, pas même votre conjoint, vos amis ou votre famille. À partir du moment où l’on comprend que nous sommes responsables de notre bonheur et que nous cessons d’avoir des attentes envers les  gens qui nous entourent pour y accéder, il y a déjà un grand pas de fait vers l’avant.

Une étude américaine de 2016 menée par Bella DePaulo, psychologue et professeur à l’université de Santa Barbara en Californie, démontre qu’être célibataire rendrait plus heureux qu’être en couple.

Ils sont souvent plus proches de leur famille et ont une vie sociale beaucoup plus riche. Selon le professeur DePaulo,  ils auraient finalement une meilleure vie, qui a plus de sens et d’authenticité.

Vous êtes surpris ? À mon avis, ce n’est pas le fait d’être en couple qui nuit au bonheur, mais plutôt celui de moins s’occuper de soi en négligeant nos intérêts comme certaines activités, la visite des gens qu’on aime et dans certain cas, en négligeant notre apparence physique. Oui, on parle d’apparence, ça peut paraître superficielle, mais croyez-moi, lorsqu’on se sent bien à l’extérieur, la conséquence est grande sur notre état intérieur.

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut se séparer ou de rester célibataire, mais plutôt de revoir votre façon de gérer votre vie. Trouver un équilibre entre les compromis de couple (car oui, il est important d’en faire pour avoir un couple en santé) et la gestion de vos intérêts en tant que personne.

Vos intérêts en tant que personne…

Mais quels sont-ils ? Beaucoup de gens auraient de la difficulté à nommer ce qui les font sentir bien et ce qu’ils aiment. Je vous invite à prendre un instant pour vous poser quelques questions :

  • Qu’est-ce qui me fait sentir bien ? (Sport, loisir, passe-temps …)
  • Avec qui dans mon entourage ai-je du plaisir ?
  • Quels sont mes petits bonheurs quotidiens ? (Mon café le matin, mes émissions de télévision, cuisiner …)

Personnellement, ma vie est devenue beaucoup plus facile à gérer à partir du moment où j’ai appris à me connaître ; savoir ce que j’aime et surtout assumer mes goûts sans avoir peur de décevoir ou d’être jugé. Être capable d’affirmer  et de mettre des mots sur les choses que j’aime, par exemple des émissions de télévision qui peuvent être perçues comme étant « quétaine » par d’autres. Pour résumer ceci en un mot : S’ASSUMER !

Ce n’est pas tout de savoir ce qu’on aime, mais il faut aussi connaître ce qui nous déplait. Tsé, faire semblant d’aimer quelque chose pour ne pas décevoir ou pire encore, le faire croire à soi-même. Cela m’est souvent arrivé, afin d’entrer dans un cadre, de convenir à un certain modèle et de plaire aux autres.  Un des aspects positifs de vieillir, est bien celui-là : se connaître davantage !

Les attentes …

Oui, j’en ai parlé brièvement, mais j’ai envie de revenir sur ce sujet : LES ATTENTES ! Elles sont souvent la source principale de plusieurs déceptions ou de chicane entre les gens. S’attendre à ce que l’autre fasse un compliment, s’attendre à se faire inviter, s’attendre à se faire aider, s’attendre à se faire donner un cadeau, …  Je pourrais continuer longtemps comme ça avec les nombreuses attentes qui existent dans le cerveau de la femme.

Les attentes sont présentes et naturelles chez l’humain, et je dirais encore plus présente chez la femme, mais elles sont toxiques. Ça crée de la pression chez les gens qui nous entourent et de la déception chez les gens qui entretiennent les attentes.

J’ai lu dernièrement que les causes principales de rupture dans un couple sont les attentes trop élevées envers le conjoint ou un idéalisme (non réaliste) qu’on se fait sur le couple.

Je sais que ce n’est pas toujours facile, mais je reviens à ce que je disais plus haut : compter sur les autres pour faire en sorte que notre journée ou notre vie soit meilleure est un réel faux pas vers la quête du bonheur. Le bonheur ne devrait jamais dépendre des autres, c’est un bien trop gros contrat pour les autres.

Le bonheur …

C’est un petit mot, qui veut dire grand ! La définition du bonheur est vague et différente pour chacun. Qu’est-ce que le bonheur pour vous ?

Source : http://www.elle.fr/Love-Sexe/News/Etre-celibataire-rendrait-plus-heureux-et-c-est-scientifiquement-prouve
Commentaires

Articles Similaires

2017-11-07T19:19:01+00:00