Quel masque portez-vous?

Texte de MARILYN :

Qui parmi nous peut affirmer qu’il n’a jamais été blessé émotionnellement dans son enfance? J’étais la première à insister sur le fait que je n’avais aucune blessure lorsque mon enseignante de psychologie nous a posé la question voilà quelques années. Je croyais que c’était mal et je croyais que le but de cet exercice était de pointer du doigt les parents et excuser ou justifier nos comportements à l’âge adulte. Réagir comme cela démontrait exactement ma blessure à mon enseignante et je l’ai réalisé un peu plus tard!

Avez-vous déjà ressenti le bonheur qu’apporte le fait de pouvoir être soi-même? Sans colère refoulée, sans méfiance, sans peur? Pourquoi nous jugeons parfois rapidement les gens, nous répondons avec agressivité à une personne en particulier, pourquoi avoir peur de l’amitié, de l’amour, de s’attacher? Pourquoi tant de méfiance, de rigidité, de contrôle? Rares sont les gens qui peuvent affirmer ne jamais s’empêcher d’être eux-mêmes, selon les différents milieux, tels que leurs différents cercles d’amis, leur famille, leur milieu de travail, etc.

Dans les faits, nous avons tous et toutes des blessures qui empêchent d’être soi-même. Ces blessures se sont créées durant l’enfance. Très tôt dans sa vie, l’enfant se rend compte que lorsqu’il est lui-même, il y a de fortes chances que ses agissements dérangent les adultes. L’enfant déduira instinctivement qu’être  » naturel » occasionnera des regards ou des commentaires de la part des adultes qui ne sont pas nécessairement positifs et c’est pour ces raisons qu’il jugera qu’être lui-même est incorrect.

L’enfant est tout d’abord heureux d’être lui-même, sans contrainte, jusqu’au moment où il connait la douleur de ne plus  »avoir le droit » d’être lui-même. À mesure de s’empêcher d’être qui il est vraiment, l’enfant apporte des modifications à sa façon de se comporter afin de devenir ce que les autres souhaitent qu’il soit.

C’est avec des frustrations, des blessures, que nous entrons dans la vie adulte, avec une personnalité forgée afin de plaire aux gens qui nous entourent (principalement nos parents), mais nous tentons de cacher ces blessures sous des masques, car nous considérons souvent que celles-ci sont des faiblesses qu’il ne faut pas exposer.

Selon Lise Bourbeau, auteure du livre : « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même », ces masques sont au nombre de cinq et correspondent à cinq grandes blessures de base vécues par l’humain.

Les cinq blessures qui empêchent d’être ainsi que les cinq masques qui s’y rattachent

LES CINQ BLESSURES

  • le rejet
  • l’abandon
  • l’humiliation
  • la trahison
  • l’injustice

LES CINQ MASQUES

  • le fuyant
  • le dépendant
  • le masochiste
  • le contrôlant
  • le rigide

L’importance du masque est créée en fonction du degré de la blessure. Un masque représente un type de personne avec un caractère qui lui est propre, car de nombreuses croyances sont développées qui influenceront l’attitude intérieure et les comportements de la personne selon le masque développé. Plus la blessure est importante, plus la personne en souffrira, ce qui l’obligera à porter son masque plus souvent.

Nous portons un masque seulement lorsque nous voulons nous protéger

Chaque fois que nous subissons ou que nous faisons subir une de ces blessures, nous laissons nos croyances et nos peurs prendre la direction de notre vie. La mise en place des masques est la conséquence de vouloir cacher aux autres, mais souvent aussi à nous-mêmes, ce que nous n’avons pas voulu encore régler, ou ce que nous ignorons tout simplement.

Les blessures intérieures peuvent être comparées à des blessures physiques que nous avons depuis longtemps, mais que nous cachons sous un pansement pour ne pas les voir. Ce pansement équivaut à un masque.

Pour reprendre l’exemple de mon enseignante, imaginez que vous ayez une blessure sur le bras. Une blessure négligée que vous avez plus ou moins pris le temps de soigner, mais qui est recouverte d’un pansement. À chaque fois qu’une personne touchera votre bras, vous réagirez négativement en raison de la douleur et ce, malgré le pansement. Même si la personne désirait vous donner de l’affection, vous toucher avec amour et qu’elle ne désirait pas vous faire de mal, vous savez que sous ce pansement, il y a une blessure qui fait mal. C’est exactement le même principe pour les blessures émotionnelles enfouies en nous

Notons aussi que les masques ne sont pas permanents au cours de notre vie. Selon notre évolution et notre connaissance de soi, ils tomberont ou ne se manifesteront que rarement et moins intensément.

Est-ce que vous pensez vous reconnaître parmi ces blessures et ces masques?

Une personne peut avoir une blessure majeure et reconnaître certains de ses comportements dans les autres blessures. Les masques que nous créons inconsciemment pour nous protéger sont visibles dans la morphologie de notre apparence extérieure.

Dans les textes qui suivront, je vais aborder chacune des blessures ainsi que le masque s’y rattachant et vous aurez une meilleure idée de vos blessures. Il y aura aussi des images qui accompagneront afin de démontrer les types de corps selon chacune des blessures.

Vous allez facilement reconnaître des gens qui vous entourent et pour certaines personnes, ce sera plus difficile de se reconnaître, car ça nous force à nous questionner et il faut être prêt(e) à le faire.

Bonne lecture et soyez doux envers vous-même!

parmarilyn2

Commentaires
2017-08-12T20:14:01+00:00